Terminologie: qu'est-ce qu'une saveur ?



Hervé This propose de préciser les terminologies dans une série de chroniques.
La saveur : ni quatre, ni cinq, ni six... mais sans doute une infinité
Le mot « saveur » est employé à toutes les sauces, mais son étymologie est conforme à son sens juste, bien reconnu par les spécialistes de la physiologie sensorielle, à savoir que le mot désigne les sensations comme les sucrés, les salés, les amers, les acides... et toutes les autres.



réglisse n'est ni salée, ni sucrée, ni acide, ni amère
réglisse n'est ni salée, ni sucrée, ni acide, ni amère
Expliquons, d'abord, pourquoi on utilise le pluriel pour la quatre sensations classiques, avant d'expliquer pourquoi ces quatre ne sensations ne sont ni les seules, ni élémentaires.

Ce sont sont pas les seules : par exemple, la réglisse n'est ni salée, ni sucrée, ni acide, ni amère. L'ion glutamate, que l'on trouve notamment (mais pas seulement!) dans le monoglutamate de sodium d'une certaine cuisine asiatique, a une saveur originale, qui fait penser à certains à du bouillon de volaille. Le bicarbonate de soude a une saveur particulière, et ainsi de suite. Il n'y a pas quatre saveurs, ou cinq, ou six, mais sans doute une infinité.

Les quatre saveurs les plus connues ne sont d'ailleurs pas « élémentaires » : d'une part, parce qu'il est erroné de dire « le » sucré, ou « l' » amer, ou « l' » acide, et, d'autre part, parce que rien ne les distingue.

Oui, il n'y a pas un amer, par exemple, mais un très grand nombre : à preuve, l'amer de l'oignon roussi n'a rien à voir avec l'amer de la quinine, qui n'est pas combattu par le sucre de table, ou saccharose. L'acide acétique n'a pas la même acidité que l'acide citrique, ou l'acide tartrique.

Enfin, il faut ajouter que des composés peuvent avoir à la fois une odeur, une saveur, et même des effets différents, par exemple « trigéminaux » (les piquants, les frais...). Par exemple, l'éthanol pur (ou en solution dans l'eau, comme pour la vodka) a une odeur, une saveur, une sensation trigéminale. Idem pour le menthol de la menthe, par exemple.

Finalement, parler de la saveur d'un mets est une faute courante : il faut parler de son goût... car il est bien difficile de faire la part des saveurs dans les seules sensations que nous ayons : les sensations synthétiques qui sont celles du goût.

Par Hervé This

RELIRE





Inscription à la newsletter

Recherche


Derniers tweets
Sandrine Kauffer : #recette Spatzle, bouillon café par Denny Imbroisi... https://t.co/ngsLNIVz12
Samedi 21 Octobre - 19:20
Sandrine Kauffer : Les Chefs membres de La Confrérie des Toqués de la Pomme de Terre se sont rassemblés le 9 octobre dernier pour... https://t.co/4YRXZ5gV3O
Samedi 21 Octobre - 12:08
Sandrine Kauffer : Une nouvelle émotion de TV "Ca Chauffe en Cuisine" présentée par Marc Veyrat... https://t.co/XRGrW6TSUQ
Samedi 21 Octobre - 11:00
Sandrine Kauffer : Mariella Kieny dévoile la nouvelle identité de la « Maison Kieny ».: Quelques mois après la disparition de son...… https://t.co/tP93VSfJ70
Samedi 21 Octobre - 10:21